Whirlpool, Le Pen, Macron et mon vote

Je souffre d'une maladie grave : Laurent Joffrin approuve mon "bon sens", L'Obs me juge "responsable", même Jean-Michel Aphatie salue une "décision ferme".

Ca tue.

Des baisers de la mort.

C'est le pire qui puisse m'arriver.

Et bien sûr, micros et stylos me courent aujourd'hui après pour que "j'appelle à voter Macron".

Or, je n'appelle à rien du tout.

Je ne délivre aucune consigne à personne.

Quand il nous reste le choix entre un banquier d'affaires et le Front national, chacun se démerde comme il peut, avec ses tourments, ses hésitations, ses doutes, et je comprends parfaitement qu'on fasse des choix contraires au mien.
J'explique simplement comment je me débrouille.

*

J'ai mon Jiminy Cricket, qui me chuchote au creux du cerveau.
C'est Maurice Kriegel-Valrimont, mon héros, dirigeant de la Résistance, libérateur de Paris en août 1944. Dans mes fréquents moments d'hésitation, je me demande: qu'aurait-il fait-il, lui?

Là, de mes entretiens avec lui, deux moments peuvent éclairer mon choix. Son combat fondateur, d'abord:

"En 1934, la France a l’air dans une situation pré-fasciste. Et les fascistes se manifestent, et ils essaient de prendre le pouvoir. Il y a des forces, dans l’armée, qui sont candidats, il y a la Cagoule, etc. C’est sérieux ! Et dans l’ensemble, l’état d’esprit n’est pas meilleur qu’aujourd’hui. Ca, c’est 1934. En février 34, c’est la première grande manifestation où se rassemblent les forces syndicales et où ils vont dans l’autre sens."

Et juste une phrase, une exclamation de Maurice Kriegel: "Quand on vous dit : vous êtes un pays libre, ça ne veut pas dire grand chose. Mais quand il n’est plus libre, ça veut dire quelque chose, c’est terrible, terrible. Tout est terrible !"

Je crois savoir ce qu'aurait fait, aujourd'hui, Maurice Kriegel-Valrimont.

Je crois.

Et je l'ai donc dit, à Envoyé spécial, sur le parking des Whirlpool. A cet endroit où, une heure plus tôt, résonnaient des "Marine présidente!" venus de salariés que je côtoie, que j'apprécie, que je veux représenter.

Voici ce que j'ai dit:

F.R.: C'est un peu comme quand vous allez aux toilettes, vous aimez bien fermer la porte. C'est le principe de l'isoloir, il y a un rideau parce que ce n'est pas la première fois que je vais avoir à faire un geste dont je ne suis pas fier au 2e tour de l'élection.
E.L.: Donc vous voterez Emmanuel Macron?
F.R.: Quand bien même je glisserais un bulletin Emmanuel Macron dans l'urne - qui n'a pas besoin de ma voix pour être élu, parce que je pense qu'il le sera - je serai un opposant ferme à Emmanuel Macron dès le 8 mai au matin. Je le suis déjà."

 

*

Voilà ce que je ferai sans doute.

Je me suis senti sale de le dire, et je me sentirai encore plus sale de le faire.

Voilà les troubles de mon for intérieur, comme nombre d'entre vous je pense: on fait quoi?

Mais on s'en fout de mon for intérieur.

Je suis un homme public, désormais, il faut l'admettre.

Je suis pris dans un système.

Et il faut le voir fonctionner, le système! Alors que, durant des mois, jusqu'au premier tour, je pouvais brandir un bulletin de vote "Jean-Luc Mélenchon" avec fierté plutôt, ça n'intéressait pas grand média: seul BFM-TV m'a invité à en causer.
Pour les autres, rien.
Silence.
Pas d'importance.
Une non-info.
Et maintenant que, au milieu d'un entretien qui causait de taxe kilométrique, de protectionnisme, d'actionnaires, de dividendes, j'ai lâché un "quand bien même je glisserais un bulletin Emmanuel Macron dans l'urne", non seulement la nouvelle est devenue "Ruffin votera Macron", sans les réserves et le conditionnel qui l'entourent, mais la nouvelle se répand en quelques heures de L'Express à LCI et jusqu'à Valeurs actuelles. C'est le geste dont vous avez le plus honte qui fait le tour du web! Et on vous invite dans les studios et sur les plateaux pour répéter la bonne nouvelle (évidemment, je n'irai pas).

Et même quand vous dressez un réquisitoire contre Macron, son programme, son parti pris, que retiennent-ils? que veulent-ils retenir? "Ruffin salue le courage de Macron".

*

Nous sommes sans doute, à Fakir, depuis un an, parmi les plus fins macronologues (et macronophobes). J'ai lu les deux biographies du bonhomme, son bouquin Révolution, son programme, ses discours, etc.

C'est pour moi le pire des années Hollande.
C'est lui qui, à l'Elysée, puis à Bercy, a conseillé à François Hollande de dériver toujours plus sur sa droite (comme si l'ex- avait besoin qu'on le pousse pour glisser sur cette planche). Ses collègues témoignent que, devant lui, "il était interdit de dire du mal du Medef". C'est par lui, raconte Stéphane Richard, PDG d'Orange, que transitaient les demandes du patronat pour toucher le président. On lui doit le pacte de responsabilité, le Crédit impôt compétitivité emploi, le travail du dimanche, la loi El Khomri, autant de "réformes" dont il tire gloire. Et son programme n'a rien de nouveau: il est dans la droite ligne du dernier quinquennat, dans la continuité des trente dernières années où, contre le chômage, on n'a rien essayé, juste d' "alléger les charges" pour les employeurs et de "flexibiliser le travail" pour les employés.
J'ai donc fait d'Emmanuel Macron ma cible privilégiée, avec le côté obsessionnel qui est le mien. Je l'ai harcelé, avec des salariés d'Ecopla, de son QG d'En Marche! à un meeting parisien. Je me suis accroché avec son porte-parole sur un plateau de télé (j'étais trop agressif, même, tant oui sa politique me déplait). On en a fait des vidéos sur ma chaîne YouTube. J'ai fait de mon mieux pour le mettre à mal sur le plateau de l'Emission politique, dans le quart d'heure qui m'était imparti.
Bref, je me suis appliqué à dénoncer l'imposture: cet homme neuf a déjà un passé et un passif. J'ai oeuvré de mon mieux pour nous éviter ce dilemme entre la peste et le choléra.
Mais nous y voilà: la peste ou le choléra.
Et oui, malgré moi, en mon âme et conscience, je choisis.
La mort dans l'âme et la rage au ventre.

*

L'essentiel, maintenant : comment combattre, pour de bon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen? En rouvrant une espérance, généreuse, combative et populaire.

C'est là le gros du boulot, et non ces querelles d'entre-deux tours.
C'est notre travail quotidien, ici, porte après porte, quartier après quartier.

Et je rendrai la parole, pour conclure, à mon Jiminy Cricket, Maurice Kriegel-Valrimont, à propos de 1934, de cette République corrompue, pourrie, et que pourtant il défend:

"En 1934, la France a l’air dans une situation pré-fasciste. En février 34, c’est la première grande manifestation où se rassemblent les forces syndicales et où ils vont dans l’autre sens. En 36, c’est le Front populaire. En deux ans, non seulement vous avez un recul du fascisme, mais d’une certaine manière en France le fascisme est battu... En deux ans... Si en 34 quelqu’un vous avait dit que deux ans après, en France, ce serait le Front populaire, on vous aurait ri au nez. J’imagine, là, j’ai vu quelques uns de mes gars de l’époque, de mes militants syndicaux, je les ai vus rire. Ils n’auraient pas cru. Ils n’auraient pas cru..."

Voilà la seule véritable réponse au Front national: l'espoir.