Le programme caché de Dumont-Macron

Interrogé sur ses votes futurs, Nicolas Dumont m’a renvoyé à son document de campagne : « Lisez-le ! Tout est dedans ! ».

Je l’ai lu, épluché même, mais justement : rien n’est dedans.

Je l’ai relancé lors d’un débat : il a noyé le poisson, a manié la langue de bois (c’est un pro), a fait un maximum d’enfumage. Bref, il a refusé de répondre « Pour » ou « Contre ».

Pourquoi ?

Parce qu’il le sait : vous ne voulez pas de ce programme, qui va pénaliser les retraités, les salariés, du public comme du privé. Un projet qui favorise les plus riches.

Alors, il doit le cacher.

Le déguiser.

Le rendre plus rose, plus doux, plus social.

Mais qu’on prenne les paris : si vous l’envoyez à l’Assemblée, il  votera tout, ou presque, et les yeux fermés.

D’abord, parce que sa carrière est marquée par la discipline. Durant tout le quinquennat VallsHollande-Macron, le socialiste Nicolas Dumont n’a jamais émis la moindre critique : ni sur le Crédit impôt compétitivité emploi, ni sur la loi Travail, ni même sur la disparition de la région Picardie.

Ensuite, pour Nicolas Dumont, député n’est qu’une étape : à 40 ans, il vise plus haut, un ministère, un secrétariat d’État (comme Barbara Pompili et Pascale Boistard avant lui). Et comment pourra-t-il obtenir cette récompense? Par l’obéissance.

Ne lui délivrez pas un chèque en blanc.