Le programme : 16 pages pour convaincre


Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Pierre Gattaz, etc. Ça fait dix-huit ans que, pour mon journal, pour mon film, j’essaie de secouer les puissants. Franchement, devant eux, j’ai souvent tremblé. J’ai craint de me faire jeter. Je venais heurter la bienséance des élites, et on me regardait de travers. 

Mais après un temps d’hésitation, jamais je ne me suis dégonflé. 

Toujours, j’ai posé les questions qui me paraissaient les plus justes, les plus pertinentes. Toujours, à ces gens d’en haut, j’ai tenté de faire entendre les voix d’en bas.

Demain, comme député, je ne vous promets pas la lune, que grâce à moi tout sera merveilleux. En revanche, je m’engage à ça : devant le président, devant ses ministres, devant les PDG, je ne me dégonflerai pas. Je ne courberai pas l’échine.

Je ferai entendre votre voix, celle des ouvriers, des enseignants, des caissières, des aide‑soignants, des camionneurs, des artisans, des mères célibataires, des animateurs, des éducateurs, des vendeuses, des vacataires, des agents d’entretien, des auxiliaires de vie, des téléconseillers, des retraités, des infirmières, des multi‑précaires, etc. Bref, dans un monde où 1% de l’humanité détient plus de richesses que les 99% restants, je serai avec les « petits » (et les « moyens ») contre les « gros ». Ensemble, nous arracherons des victoires ! 

Cet effort, je le fais depuis longtemps maintenant, dans la Somme et ailleurs. Et je le poursuivrai, quoi qu’il arrive.

Mais si vous m’accordez l’écharpe tricolore, ma voix sera alors forte de vos milliers de voix.