Avec François Ruffin, leur tenir tête !


Né à Calais, j’ai grandi à Amiens, où j’ai fondé le journal Fakir, « fâché avec tout le monde », en 1999. Mes articles m’ont valu un paquet de procès (sept, dont six de gagnés), avec un premier adjoint, avec le PDG de Casino, avec l’ancien propriétaire de Flodor.

C’est une « petite entreprise » qui a prospéré : devenu national, avec six salariés, le journal est aujourd’hui vendu à 30 000 exemplaires. Je sais ce que signifie « équilibrer un budget », « payer des cotisations », « faire le tour des administrations ».

 

L’an dernier, j’ai réalisé le film Merci patron ! Avec 500 000 entrées, cette mini-production tournée à Flixecourt, dans le Nord, à Amiens, a été le plus gros succès au cinéma pour un documentaire en 2016. Le film est maintenant diffusé en Italie, en Espagne, au Canada, au Mexique, etc., ainsi que sur Canal +.

J’ai également travaillé durant sept ans pour la radio France Inter (avec des allers retours quotidiens à Paris : l’Intercité et ses aléas je connais !), ou encore pour Le Monde diplomatique.

 

J’ai reçu le « prix des lycéens du livre économique » pour un livre rédigé avec Antoine Dumini, « Comment ils nous ont volé le football ».

Car c’est mon loisir préféré, ma passion d’enfance qui se prolonge : le foot. Après Ribemont-sur-Ancre, puis les Portugais d’Amiens, je joue chaque dimanche matin en vétérans avec l’Olympique amiénois. Et nous co-organisons chaque année, avec Fakir, le tournoi de sixte d’Eaucourt-sur-Somme, en mémoire de notre copain Antoine.


Quant à ma famille, j’ai deux enfants, de 5 et 8 ans, en garde alternée, une semaine sur deux. Et c’est mon grand souci, si je suis élu : les séances se déroulent le mercredi, à l’Assemblée, et j’aime bien accompagner mes petits à leurs activités ! Comme pour plein de gens, je m’arrangerai avec mes parents ou leur maman.