Jamais assez pour Mulliez !

Suite à une réorganisation, à une fusion de Auchan et Attac, 44 postes vont être supprimés à Amiens. 450 au niveau français. Et tous ces licenciements sans même, pour l’instant, prévoir de prime supra‑légale ! Le groupe des Mulliez ne crie pourtant famine : « Auchan Holding a vu son bénéfice net progresser de 14% l’an dernier... Le bénéfice part du groupe est ressorti à 590 millions d’euros... » (L’Express, 10 mars 2017).

Gérard Mulliez est aujourd’hui la troisième fortune de « France », avec 26 milliards d’euros : l’équivalent d’un million d’années de Smic, cotisations retraites, chômage, santé incluses ! Il aurait fallu, vous, que vous travailliez depuis l’âge des cavernes pour accumuler pareil magot ! On a mis « France » entre guillemets, car la famille Mulliez s’applique à cacher ses grosses économies en Belgique. Pour échapper à l’impôt, et ne pas financer nos écoles, nos hôpitaux, etc. Les propriétaires d’Auchan ont été perquisitionnés : la Justice les soupçonne de fraude fiscale et de blanchiment.

Mais c’est un autre scandale qu’on voudrait pointer : avec 88 millions, Auchan est le troisième plus gros bénéficiaire du CICE, le Crédit Impôt Compétitivité Emploi (après Casino et Carrefour). Y a « Emploi », dedans. Qu’ont fait les Mulliez de ces subventions ? L’année où ils les percevaient pour la première fois, ils ont supprimé 1400 postes ! Mais ils triplaient les dividendes pour les actionnaires. Ils n’en ont jamais assez !


 La statistique : 

1 % de l’humanité détient 99 % des richesses. Ce qui signifie aussi : 99 % de l’humanité se partage 1 % des richesses.


Ma proposition de député : 

Toutes les aides publiques doivent être conditionnées à des embauches. Et si le groupe licencie, on récupère les aides. Vous pourriez exiger, en guise de prime extra‑légale, que ces 88 millions soient partagés entre les 450 licenciés français. Soit 195 000 € par salarié !