Chavigné (PS) : "Que pas une seule voix ne manque à François Ruffin"

IMG_0120.jpg

Par Jean-Jacques Chavigné, Parti socialiste de la Somme, membre du Conseil fédéral.

François Ruffin, dans cette bataille contre la Loi El Khomri a vraiment fait un travail remarquable, comme il l’avait aux côtés des Goodyear, comme il le fait aux côtés des salariés de Whirlpool, comme il le fait quand il réalise Merci patron !.

Dumont (En Marche !): "Du côté du manche"

 Nicolas Dumont par contre, qui est l’un de ses adversaires, pour En Marche!, lui je l’ai connu au PS : franchement je crois que c’est quelqu’un qui aime bien être du côté du manche. Quand il a vu que ce n’était plus le PS qui détenait le manche, il est allé du côté de Macron, parce que c’est là que c’était intéressant et de fait aujourd’hui, il est candidat dans la première circonscription. S’il était élu, on peut être sûr qu’il voterait l’investiture de ce gouvernement, qui est un gouvernement à 100 % de droite, qui sera très très dur contre le salariat, il suffit de voir qui ils ont mis aux postes clés. On peut être sûr aussi qu’il voterait la loi d’habilitation pour les ordonnances. Parce que ça c’est un problème immédiat, c’est-à-dire qu’on est à peu près certain que s’il y a une majorité pour ça, il y aura une loi d’habilitation qui sera votée et que Dumont votera, ce qui permettra à Macron de légiférer par ordonnance.

Pascale Boistard (Parti socialiste) : "Une candidature de division"

J’arrive à une autre concurrente de François, c’est Pascale Boistard [pour le Parti socialiste]. Il y a une chose qui me paraît évidente : quand on est ministre ou secrétaire d’État dans un gouvernement, on n’est pas simplement responsable de ce qui ce passe dans son ministère ou dans son secrétariat d’État. On est solidaires de la totalité de la politique faite parle gouvernement. Si on n’est pas d’accord, on s’en va. Elle est restée, ça veut dire qu’elle a approuvé la loi Travail, et donc je ne lui fais strictement aucune confiance pour ne pas voter la loi d’habilitation sur les ordonnances parce que ces ordonnances ne sont finalement que la simple continuation de la Loi El Khomri.

Cette candidature est en plus, je pense, une candidature de division. Parce que le seul qui soit capable de l’emporter, c’est François. Il a eu le soutien de la France Insoumise, de Ensemble!, des Verts, du Parti communiste, à plus de 90 %. Donc, que Pascale Boistard présente sa candidature comme une candidature d’union, alors que c’est une candidature de division, qui risque de faire perdre la gauche dans à peu près la seule circonscription où il y a la possibilité de gagner, c’est pas possible.

C’est pour ça je pense que le jour du vote, au premier tour, au deuxième tour, il ne faudra pas une seule voix qui manque pour François Ruffin.